BAD MOON

Publié le par Klub des Krasheurs

BAD MOON by NoWay

 

" Putain de 11 Novembre ! ", cracha DJ RIK, sonné, en s'extirpant péniblement de sa vielle Peugeot.

 

Coup de bol, il avait l'air indemne, même si le contrecoup du choc heurtait toujours durement sa cervelle et ses membres.

Il s'approcha du bord du talus pour constater les dégâts, à la lumière du seul phare encore vivant. Sa voiture était encastrée dedans, presque pleine face, légèrement sur le côté gauche. Le pare-brise avait tenu mais tout l'avant avait l'air enfoncé, le coin cligno ayant touché le premier en apparence complètement détruit. Une vague odeur de brûlé émanait de sous son capot - Pas bon ça ! - ,et il lui semblait discerner dans le brouillard qu'une légère fumée s'en échappait.

Putain c'est pas possible ! Tous les ans la même poisse ! L'année dernière il s'était pété le pied à l'extérieur du Barracus, quand son bac s'était écrasé dessus en tombant de sa bagnole, et il avait fini au poste pour éthylotest après un contrôle positif alors qu'il rentrait péniblement de la cambrousse, sa chaussure gauche imbibée de sang, pour faire une virée aux urgences.

Quelle merde ! La 305 avait l'air bien niquée !

Coup de pot qu'il ait rien eu en plus, vu qu'ça commençait à peler sec, en plein milieu des champs par c'putain d'nuit sans lune !

 

nohope.jpgTout ça à cause de son portable de merde ! Chié !

Quel était le crétin qui l'avait fait bipper en plein virage?

Un peu dévasté avec le vibreur et le son, il avait pété l'plomb et tenté direct de l'extraire de sa poche… Et bing ! Droit dans le talus à gauche ! Le tournant était sec et avec le verglas…

Putain d'fossé ! Même pas sûr qu'il puisse repartir ! L'allait falloir contacter ses potes, ou une saloperie de dépanneuse qui puisse le bouger d'là. Quoiqu'en nocturne, matin du 11 Novembre, c'était pas vraiment donné ! Il sentait déjà l'coup.

 

Il se repencha à l'intérieur de sa caisse, alluma le plafonnier et commença à scruter le plancher. Putain où c'est qu'était cette saloperie d'engin ? Il avait dû glisser ce con !

Torsions, contorsions, tâtage sous les fauteuils… Le v'la putain c'te saleté d'portable !

Il l'extirpe de la planque où il avait giclé, au fond, sous le siège avant gauche, et commence à le tripoter.

Il s'est éteint l'abruti ! Pourvu qu'il soit pas dead !

Il presse le bouton vert, attend un court instant… Putain ça s'allume ! Cool ! La sacrée merde sinon ! Coincé au milieu de rien !

OK ! Il va appeler Manu, DJ ZU, il va l'dépanne. Il doit être sur la route avec la bande, à quelques bornes de là. Il va v'nir le toper et lancer le son chez lui. Quoiqu'il arrive, putain ! 

" Allo Manu… ?

- … Hey Rick, c'est toi ? Putain c'était quoi l'bruit t't'à l'heure quand on t'a checké ? Ç'a coupé net, mec !

- Ah c'était vous putain ! Merde les gaziers ! J'suis dans la loose, là ! J'me suis scratché en caisse direct dans l'talus avec vot' putain d'appel les gars ! J'tais cramé !

- Oh putain mec ! Ça va quoi ? T'es OK, c'est bon ? T'es pas fracasse ?

- C'est bon, ça l'fait mais faut qu'tu m'dépannes, là ! J'suis au milieu d'rien, tu vois, pleine brousse. Faut qu'vous v'niez cash, là ! …

Allo ? … Allo Manu ? ... Eh, tu m'entends Manu ? … Tu checkes ou quoi, putain ? … "

 

Et merde ! Il s'est rééteint c'couillon !

Appui sur bouton vert… L'écran s'allume… Code SIM… Blablabla…

OK c'est parti : Recherche Réseau…

Putain ! Batterie faible… Et merde !

BIP BIP BIP… Ecran noir ! Va t'faire !

Putain c'est chaud, là ! Vraiment la putain d'mouise ! Plus d'portable !

La bagnole est niquée et il commence à congeler sec, là, dans sa putain d'veste Carhart. Il aurait dû choper sa doudoune, merde, sa camouflage énorme, celle pour les Tekniboules putain, sa grosse combi anti-froid ! Mais bon, au Teddy Club, pour son set, c'était pas trop l'ambiance quoi, pas trop l'style de la place ! Plein centre ville ça l'aurait fait moyen habillé esquimau caillera, alors il avait topé l'autre, c'truc qu'entrave rien putain ! Et maintenant il caille à mort comme un kéké, merde !

 

Putain d'blase !elders.jpg

Il s'rapproche de la caisse, s'installe au volant, rallume le contact : Roaf… Roaf… Rooooaf… Rrrrrrrr…

Putain la pute ! Ça pédale dans la merde ! Y'a rien qui part ! Pas moyen ! C'est tout niqué ! Il l'a profond !

En plus il checke que dalle en méca, il capte que dalle ! Zgougou !

Il a même pas une pov' lampe pour j'ter un œil sous l'capot ! S'il peut l'ouvrir en plus ! Et ça c'est pas donné, vu l'truc à quoi ça r'semble. Il a l'air bien foncedé, là, tordu d'chez tordu, genre encastré même, à c'qu'il peut voir !

 

Chié !

Rick sort de la bagnole en braillant, ultra vénère, cervelle à bloc. Il commence à carburer des neurones, là. Ses couilles se recroquevillent. Il va quand même pas crever ici, putain ? C'est pas possible !

Il s'arrête un instant, regarde aux alentours, dans l'espèce de brouillard.

Pas une lumière. Pas un bruit dans l'obscurité brumeuse que seul son phare éclaire.

Il saute sur ses pieds pour se dégourdir, masse ses deux mains, maintenant glacées.

Putain ça caille sévère, y'a pas à dire ! Pas d'clope en plus, le top du top !

Il a fumé la dernière en partant tellement il était vert. Il comptait sur ses potes pour l'reste de la teuf. Ils avaient dit qu'ils en rechopaient.

 

Et merde ! Faut qu'il fasse un truc !

Personne va l'trouver ici paumé sur sa putain d'route de cambrousse !

Faut qu'il r'joigne un axe, une big route, et qu'il compte sur le bol, sinon c'est la totale ! Matin du 11 Novembre… Il doit bien être 2 heures. Putain c'est pas gagné !

Pas l'choix !

Ça fait chier d'laisser la bagnole là mais y'a pas d'aut' putain d'choix ! Il va fermer les portières puis il r'viendra d'main, avec les potes, voir c'qu'il peut faire…

 

Et son bac !

Putain c'est vrai qu'y a son bac dans l'coffre de la caisse avec tous les vinyls pour l'set de c'soir ! Ils ont même pas servi, merde !

Ça l'blase, ça ! Il en revient pas !

Clair qu'il peut pas l'laisser là, son putain d'bac ! Si quelqu'un checke la caisse, même demain, et qu'il fouille voir c'qu'il peut toper, là c'est baisé ! Total fuck ! Sûr qu'il embarque les skeuds, le pellos ! Ses putains d'grosses balouses, ses bombes atomiques : ses Vektor, ses Tekall, ses Popof !… Ça fait pas l'ombre d'un pli c't'hisoire ! Y'a même quelques vieux Spi dans son bac ! Ils vont même pas hésiter !

 

lune.jpgOK ! Il l'prend !

C'est la loose mais il lâche pas son bac ! Pas moy ! Que dalle ! Il l'embarque ! Même si c'est la chienlit !

Son bac, il reste avec lui ! V'là l'truc ! C'est tout !

Pas d'embrouille, merde ! Sûr de pas se l'faire taxe !...

Il l'extrait péniblement de son coffre - Il est plein à ras bord, c'est vrai qu'il avait prévu large ! -, le pose sur l'herbe congelée et referme la bagnole.

Putain c'est balèze ! Il va s'galérer c'est net, mais bon, pas moyen !

 

Il jette un œil aux alentours, panoramique dans tous les coins.

Personne !

Pas même une pauv' lumière de caisse ou d'baraque dans les alentours. Total nobody !

C'est clair qu'sur sa putain d'route de cambrousse direction Cheugnat, c'est pas vraiment l'défilé ! Alors un 11 Novembre à 2 ou 3 du mat !...

Faut qu'il r'joigne la route de Breuilly, c'est clair ! Y'a qu'là qu'avec un peu d'bol il a p't'être une chance : un bonhomme bien ravage qui rentre de sa fête, ou un connard de clubber qui r'vient du Palladius.

Putain ça fait bien une borne à patte, mais bon, y'a qu'ça qui l'fasse ! C'est ça ou la mort lente !

 

Rick ferme sa veste du mieux qu'il peut, sautille sur ses pieds, frotte ses deux mains l'une contre l'autre, puis se baisse et ramasse son bac par les côtés, le soulevant d'une brusque torsion des reins.

La vache ! Il doit bien peser 15 kilos ce salopard, au bas mot, et que d'la vraie bombe de balle !

C'est ça d'être un Master DJ : c'est toi qu'as le son mais c'est d'la merde à trimballer !

Il commence péniblement à avancer vers la route qui mène à Breuilly, s'arrêtant tous les 50 mètres pour se reposer un peu et masser ses mains endolories, réfrigérées et à demi cisaillées par les bordures de plastique coupant des poignées.

Putain ça fait combien de fois qu'il s'dit qu'il faut qu'il change de bac ? A chaque fois il s'dévaste les doigts sur les saloperies d'bord qui lui perforent la chair tellement c'est lourd.

Et merde ! Putain d'connerie d'bac de jardinage !

 

Au bout d'une vingtaine de minutes, Rick aperçoit vaguement la route proche, à la lueur de quelques étoiles.

Pas l'moindre croissant ce soir ! C'est lune noire, comme dit son pote Detros, la vraie nuits des obscurs pour les fiestas qui pètent !

Putain tu parles ! V'la la fiesta !badmoon-.jpg

Gitanie sur bord de route ! Pète ton arrache !

 

Il arrive presque au dernier virage avant l'intersection quand il entend vrombir un truc, sur sa gauche.

Putain une caisse !

Il commence à hurler, pose son bac, et commence à courir. Il s'trouve à peine à quelques mètres !

La voiture passe plein phare presque sous son nez, dans un rugissement de moteur, et il contemple ses feux arrière qui s'éloignent dans l'obscurité, avant d'un coup de disparaître.

 

Chié merde ! A trente secondes près, le con ! Il aurait sauté sur la route pour l'arrêter, s'il avait pu ! Pas d'pitié ! Mieux vaut s'faire scratcher que d'être congelé comme un connard sur l'bord, merde !

Enfin bon ! Il passe des caisses au moins, c'est déjà ça ! Y'a plus qu'à trouver l'bon coin et prendre son mal en patience. Si y'en a une, y'en aura deux ! C'est net !

Pas d'prise de tête surtout !

Pas flipper ! Surtout pas flipper !

 

Il retourne prendre son bac abandonné en arrière et va se poster sur le bord de la voie, un peu après le croisement, un endroit où on l'voit d'loin, où les phares devraient bien l'arroser, pleine face, pas moyen du tout de l'rater !

 

Il pose son bac au sol, à sa droite, juste contre son mollet, les mains atomisées, circulation coupée, avec des putains d'marques sombres gravées en plein milieu.

Saloperie d'bac !

Il saute d'un pied sur l'autre au milieu du silence, respire à grandes goulées, et souffle bruyamment pour se chauffer un peu. Ses oreilles sont en glace, transpercées d'froid, mais il a même pas d'capuche, alors y'a qu'à attendre, et puis morfler sévère !

 

La putain d'saloperie d'soirée d'merde ! Pas imaginable !

Et dire qu'il a même pas pu faire son set qu'il bossait à fond d'puis l'début de la semaine !

C'est lui qui devait finir au Teddy, putain !

Soirée spécial mix, avec plein de tribeux et d'p'tites mignonnes, merde, c'est là qu'il fallait les scotcher !

Il allait mettre le dance floor en feu avec son putain d'mix !

Début acide tranquille pour faire la transition, puis la bonne montée montée tribe finie sur du Rectus et deux-trois Martek, avant de cramer le bar avec du pur acid-core, ses disques d'occase des Spi et des vieux Max dB.

Il l'avait là son set, en entier ! Dans sa tête, disque par disque, track par track avec les putain d'pitch !

Et il avait fallu qu'c'connard de DJ Mich avec sa house de merde, tazé 20 000, balance sa putain d'binouze direct en plein sur la table de mix !

Putain mais quelle raclure ce mec !

Juste avant son set ! Recta ! Plus d'son, plus d'lumière, tout l'système élec en vrac !

Le temps d'relancer l'truc en changeant les fusibles, il restait plus qu'une demi-heure ! Son mix coupé de moitié putain !

Et là le top du show, la table qui fonctionne plus ! Que dalle ! Pas moy ! L'machin complètement dead, pas moyen d'l'allumer, même essuyée à fond !

L'patron du bar qui gueule, qui vire ce crétin d'Mich, et qui lance un CD sur la sono du bar, direct, un putain d'set de Carl Cox, merde !

Et lui grillé total ! Comme un con avec son bac à attendre que ça s'passe !

Over fucked ! Niqué d'sa race !  

L'était direct allé s'fumer une blonde dehors tellement il était vert.

Le Mich, il l'aurait encastré, s'il était resté dans l'coin. Putain d'débile !

 

She-Devil.jpgHeureusement avec ses potes ils s'étaient rencardés à l'avance pour péter du son chez lui, dans sa piaule de cambrousse, p'tit comité, et là il s'avérait qu'Manu et Nono avaient recruté pas mal de p'tites minettes qu'ils avaient engrainées au bar, bien motivées d'les suivre et d'bouger sur d'la vraie Tek !

 

Et pis v'là c't'accident !

En plein cœur de la nuit, avec ses potes et les miss qui d'vaient déjà être par chez lui, à l'heure qu'il est, en s'demandant où il a bien pu s'vautrer, vu qu'il avait pris son raccourci spécial, par les p'tites routes un peu rêches, histoire d'arriver en premier pour préparer un peu l'terrain !

Putain d'chierie d'jour de merde !

Comme d'hab ! Toujours une saloperie ! Et une belle cette année !

 

DJ RIK s'arrête net de gueuler. Il se penche en avant, les oreilles grandes ouvertes, tendu vers le lointain, sur sa gauche.

Oh yes ! V'là d'la lumière qu'approche !

C'est des phares, c'est sûr, avec un putain d'bruit d'moteur !

Il y croit pas ! Trop beau !

Elle arrive droit sur lui, c'te p'tite pute ! Royal !

 

Il décide d'empiéter cash sur la chaussée, le pied droit direct sur la route. Il tend son bras le plus loin qu'il peut, en plein milieu de la voie, histoire qu'l'autre le loupe pas. Il est plein phare, ça devrait l'faire !

 

La caisse fonce vers lui. Il secoue l'bras à fond, se contorsionne, pantomime sur le bord. Faut qu'elle s'arrête putain !

Elle ralentit !

Trop bon !

Ça y est, il est sauvé ! Out of the mouise !

 

La voiture vire à droite, s'arrête sur le côté, juste devant lui. Une bagnole blanche, p'tit modèle, genre AX ou Clio.

Oh putain la plaise ! La putain d'plaise de sa mère !

Rick soulève d'un coup son bac et court à la portière, qui s'ouvre à son approche.

Un jeune au volant se penche vers lui, clope au bec, casquette sur le crâne.

" Ça va mec ? Qu'est-ce tu fous là à c'te heure?

- Putain d'accident avec ma tire mon pote ! A un peu plus d'une borne sur la p'tite route à droite. Impossible d'la bouger. Elle démarre que dalle ! Nada ! Elle m'a l'air bien destroy.

- Comment qu'tu comptes faire, alors ?

- Faut qu'j'contacte mes potes, qu'ils m'dépannent, mais là mon portable est mort. Faut qu'ils viennent me toper.

- Putain j'ai pas d'portable avec moi, mec, désolé, mais j'peux p't’être t'avancer ? Tu bouges par où ?

- A Bossaud. Juste à côté d'Cheugnat. A 10 bornes dans la cambrousse, sur la droite.

- Putain c'est pas trop ma route, mec !

- Et toi tu vas jusqu'où ?

- J'trace à une teuf qu'est à Brieuk, tu vois. Tout droit.

- Si ça te l'fait t'as qu'à m'pousser jusqu'à Breuilly. C'est 5-6 bornes plus loin, sur ta route, l'prochain gros bled. De là y'a une cabine, j'pourrai les joindre avec ma carte.

- OK nickel ! Ça m'ralentit pas trop.

T'as un bac on dirait ? T'as qu'à l'mettre à l'arrière.

- C'est classe mec, tu m'dépannes bien, là. J'étais sérieusement dans la merde, paumé dans la cambrousse. En plus ça caille sévère ici, c'est rien de l'dire. "

Le gaillard sourit et lui ouvre la portière arrière. Rick cale du mieux qu'il peut son bac sur la banquette, puis s'installe à côté du pilote, qui redémarre aussitôt.

 harshslavz.jpg

" Qu'est-ce qui t'arrive alors ?

- Je m'suis vautré comme un gros crétin alors qu'on d'vait lancer du son par chez moi, avec quelques potes.

J'ai fait un putain d'dérapage sur l'verglas et ma caisse s'est fracasse dans l'talus, direct ! Bien foncedée ! En plus y'a mon portable qu'est mort, plus d'batterie ! Tu vois la mouise !

- C'est clair qu't'aurais pu rester à te peler à mort si personne ne passait ! Y'a pas l'air d'y avoir grand monde sur cette route aujourd'hui.

- Tu m'étonnes ! Et toi tu bouges sur Brieuk alors ?

- Ouais ouais ! J'vais jouer dans une p'tite teuf là-bas. Au Karibou. C'est ouvert toute la nuit pour le 11 Novembre.

- Et tu joues quoi en fait ?

- Boaf… Un peu d'tout, t'sais… Acide, tribe, hard tek… Un peu de house même quand c'est ça qu'les gens kiffent…

Et toi ? 

- Plutôt du dur, tu vois. D'la tribe qu'attaque, genre Martek ou P-Core, une peu d'acide core, et d'la vieille tek genre Spi, 69 dB, Crystal Disto, des trucs comme ça, tu vois… 

- Ah ouais ?...

Et t'as beaucoup de vieux Spi alors ?

- Ben j'les ai quasi tous tu vois. C'est ça l'pur son que j'kiffe ! Rien qu'dans c'bac, là, j'pense qu'y en a une bonne dizaine.

- Putain cool ! J'en ai quelques uns aussi. Ça tabasse grave !

- Clair !

 … "

 

nohope.jpg" Putain t'as entendu ?

- Quoi ?... Non ! Que dalle !

- Un putain d'bruit bizarre juste à l'arrière ! Côté droit !

Un truc space putain. J'espère qu'on a pas scratché quelque chose ! "

La voiture oblique sur la droite dans un crissement de freins et s'arrête sur le bas côté.

" Hey mec, tu peux aller j'ter un coup d'œil viteuf ?

Ça m'fait flipper c't'histoire ! Vérifie juste si y'a rien sur la route, un bestiau ou quoi…

Tiens ! Chope la lampe torche ! "

Le mec à casquette ouvre la boîte à gants et tend à Rick une petite loupiote bleue, taille gamin.

Celui-ci la prend, hésite un instant, puis ouvre sa portière.

" OK mec ! J'y vais ! Si ça peut t'rassurer !

Mais j'crois qu'tu trippes, là ! J'pense pas qu'ce soit grand-chose. J'ai rien entendu, moi ! "

 

Rick sort de la voiture, allume la lampe, et commence à longer la route en sens inverse, penché en avant, scrutant le sol à la recherche d'une trace.

Que dalle !

Il a fait environ dix mètres, sans rien voir de spécial, quand un claquement de portière retentit dans son dos, suivi dans la seconde d'un rugissement de moteur.

Il a juste le temps de faire volte face pour apercevoir l'AX reprendre la route, plein gaz, et disparaître d'un coup après le prochain tournant.

" Oh putain non ! Nooon !... "

Il commence à courir derrière comme un damné, sa lampe torche à la main, dans l'espoir insensé qu'elle s'arrête de nouveau…

 

Au volant, l'homme à casquette sort son portable de sa poche gauche. Il vient de retentir.

" Ouais ?…

- Oliver ? C'est DJ Tsky !

Alors, qu'est-ce que tu branles ? T'arrives ou quoi ? Tu joues dans moins d'une heure, mec !

- C'est bon j'arrive mec, j'arrive !

J'suis sur la route. Y vient d'm'arriver un vrai truc de malade mon pote ! Une pure histoire de trippé, tu vas pas y croire ! J'viens d'rencontrer un neuneu mon ami, t'imagines même pas ! Modèle de combat ! Spécial pinpin d'l'espace !... "

Et il jette en souriant un coup d'œil sur la banquette arrière, le bac marron bourré de vinyls à craquer, une bonne centaine au bas mot…

 badmoon-.jpg

Quelques kilomètres en arrière, sous la lune noire et la froide lueur des quelques rares étoiles, DJ RIK avance en grognant, larmes de rage dans les yeux, d'un pas sec et pesant, direction cabine de Breuilly.

Publié dans NoWay

Commenter cet article