Obsession

Publié le par NoWay

Obsession

Ils étaient au milieu de la première bouteille de Whiskey quand le portable de Ed sonna. « Hum… Ouais… Ouais… Bien sûr ! Passez ! Passez quand vous voulez !... OK… A tout à l’heure. »

« Et dis-leur d’amener quelque chose à boire », eut juste le temps de s’exclamer Bob, trop tard visiblement.

« T’inquiète. On a de quoi faire ! », rétorqua Ed, et pour la peine, sourire aux lèvres, il releva les basses Hip Hop qui pulsaient dans la pièce et lança l’entreprise de fabriquer un spliff.

Bob restait pensif, contemplant d’un air inquiet la bouteille de Paddy qui trônait sur la table, descendue des deux tiers, et celle encore intacte laissée dans un pochon, juste à côté d’un pack.

Pas si sûr qu’ils en aient tant que ça, si de nouvelles personnes passaient prendre un pot. Un peu plus d’une bouteille, une dizaine de canettes : rien de vraiment énorme pour une nuit aussi jeune.

Il repoussa machinalement le sac de courses encore plein dans un coin du mur, protégé. On ne savait jamais. Si un crétin venait à marcher dessus…

Il releva la tête, se servit un Whiskey Coke, bien tassé, au cas où, et reprit sa discussion avec Den et Sophie, se replongeant dans la chaleur tranquille de ce début de soirée, les quelques verres avalés picotant doucement sa gorge, une légère buée planant dans son cerveau.

Il finissait sa tasse quand la sonnerie retentit, et Ed de se relever pour aller à la porte. Serrement de main, embrassade, bref conciliabule, et il revient bientôt suivi d’un jeune couple.

« Patrick, Cindy, c’est Den, Sophie...»

« On s’est déjà croisés…»

Embrassades, bref échange…

« Et là c’est Bob. »

« Enchanté. La forme ?! »

Le rituel du bonjour, sourire un peu crispé.

Tout le monde se rassoit à la table, se poussant comme il peut.

Bob finit son mix d’une gorgée. Il scrute le sac plastique posé aux pieds des amis de Ed : un pack, sans doute.

Bingo !

« On a ramené ça », explique Cindy, en extirpant 6 Leffes et déposant les bières à portée de la table.

« Parfait parfait. »

Ed revient à son buzz et le propose bientôt aux nouveaux arrivés.

Parfait ? Ça tiendra dix minutes, calcule Bob, avec la descente moyenne des fêtards de la place.

Il leur sourit hypocritement, échange quelques mots, rigole. Si seulement ils avaient pu prendre une autre bouteille de gnôle : Whisky, Rhum, Vodka, même du mauvais Cognac, ou alors deux ou trois bouteilles de pif…

Six binouses : une par personne. Le calcul est rapide. On n’ira pas loin avec ça. Il s’agit de charger la bête avant que les stocks ne s’épuisent.

Il tend la main d’un geste innocent vers le Whiskey bientôt vide, quand Ed, voyant ses invités prêts à ouvrir deux bières, pose la question en trop, celle qu’il aurait dû taire :

« Un p’tit Whisky en apéro à la place de la bière ? »

Hésitation, échange de regards.

Bob ne les lâche pas des yeux. Il guette le moindre signe, suspendu à leurs lèvres, priant pour un refus, auquel il ne croit pas, néanmoins.

« Pourquoi pas ? », sourit enfin Patrick, suivie par son amie : « Moi aussi, un petit. »

Une montée de haine le submerge, qu’il endigue à grand peine, et un tic de mépris tord un instant sa bouche.

Il se reprend, c’est une soirée, cela n’est rien, tandis qu’Ed les rejoint avec deux nouveaux verres.

Il leur tend la première bouteille, pas loin d’être vide, espérant que le reste leur suffira à deux.

Patrick le remercie, jauge un instant le fond, puis le vide entièrement dans son verre.

Stupeur.

Sans s’arrêter, dans son élan, il la repose et se saisit de la neuve, qu’il avait repéré, fait craquer le bouchon, déflorant la bouteille, et en sert une rasade à son amie.

Bob encaisse.

Il n’en croit pas ses yeux. Le bruit familier l’a déchiré. Il espérait l’ouvrir lui-même, cette bouteille. C’était son dû.

C’est sûr maintenant, ils ne tiendront pas la soirée, l’alcool s’épuise trop vite, et ils sont maintenant six à le partager.

Se forçant à sourire il saisit la bouteille, et remplit son godet quasiment à moitié.

Il trinque avec tout le monde, sort une blague, qui fait rire, puis saisit au passage une Leffe de dans son pack : c’est sa vengeance.

Il l’ouvre, s’humecte la gorge de gnôle puis l’arrose d’une vaste rasade de bière.

Une flamme délicieuse vient brûler toute sa gorge, remonte à son cerveau, fait bouillir son sang et mouille son regard.

Puisque c’est fichu, autant y aller !

Il allume une cigarette, en tire quelques bouffées, alternant Whiskey pur et bonnes gorgées de Leffe. A l’irlandaise.

Les autres semblent détendus, les discussions s’égarent, tandis qu’un vieux Reggae cadence l’atmosphère. Lui-même se sent bien, tout baigné dans l’alcool, pour peu qu’il ne pense pas aux réserves en déclin. Les derniers invités boivent lentement, savourant les gorgées, mais Den descend les verres à sa force habituelle.

Bob le suit à la trace, sans rien laisser paraître, en ajoutant de plus des gorgées de bière fraîche. Non qu’il l’aime particulièrement, loin s’en faut, encore qu’avec du Whisky l’effet soit agréable, mais il ne peut décemment trop attaquer la gnôle. Il n’est pas seul. Les autres en veulent. Il combine donc le Sky avec quelques canettes, qu’il épuise peu à peu.

Le son gagne en volume. Les paroles s’entrecroisent. Des signes d’hilarité éclosent sur les visages, dont les pommettes rougissent tandis que les verres fusent.

Bob se laisse aller, tire sur plusieurs pétards, entre enfin dans l’ambiance joyeuse de l’assemblée.

On attaque les bières, maintenant, ça le rassure, le niveau du Whiskey cesse de l’obséder.

Il discute avec tous, divague sans y penser, s’écartant du réel et du temps qui s’enfuit.

Les amis d’Ed se révèlent sympathiques, finalement. Il les convie à passer chez lui, s’enquiert de ce qu’ils font, commence à les aimer.

Les minutes filent, noyées dans la fumée, tandis que les morceaux se succèdent sur la chaîne.

Bob sirote une bière, sa tasse est presque vide, quand Sophie tend la main vers le reste de Paddy, s’exclamant juste alors : « Tiens, c’est bientôt le dernier ! »

Un sursaut instinctif : Bob tend aussi le bras, et le bout de ses doigts fait tanguer la bouteille.

« Hollé ! » : Ed tente de la saisir, mais elle esquive sa prise et choît sur le tapis.

Horreur ! Elle est ouverte ! Et répand son liquide sur le sol de l’appart.

C’est lui qui tient le bouchon dans sa main. Il voulait la refermer quand Sophie a bougé.

« Et merde ! », s’exclame-t-il, blessé, tandis qu’Ed remet le Whisky sur la table et que Den jette des mouchoirs sur le sol.

Tout est foutu ! La fin du Paddy ! Son dernier verre !

« Désolé », couine-t-il.

Il est tétanisé, et laisse So se servir ce qui reste, reposant lourdement la bouteille sur la table en métal, désespérément vide cette fois.

Les autres ont recommencé à délirer, l’incident déjà oublié, mais reste comme absent à fixer le tapis, marbré d’une tâche sombre : son Whisky.

Il engloutit sa Leffe qui lui semble écœurante et rallume un vieux joint perdu du cendrier.

C’est fini ! On peut rentrer !

Toute euphorie le fuit comme il devient maussade : l’alcool semble fuir son sang, vider son cerveau, le laissant seul, froid, sans rien à faire ni à désirer.

Il s’affaisse sur lui-même et roule une cigarette, silencieux.

La fête l’a déserté, le destin l’a trahi. Il est en dehors, tandis qu’autour de lui les conversations roulent.

Son portable vibre. Il s’en saisit, décroche, la voix atone. C’est Syouff, un bon ami fêtard. Il cherche quoi faire.

Bob se tourne vers Eddy : c’est bon, il peut passer.

« OK, t’as qu’à venir », répond Bob.

« Pas de problème, j’arrive ! Avec ma Vodka ! »

Bob rejette son portable et son regard s’éclaire. Un sourire enfantin se fait jour sur ses lèvres.

Le monde s’ouvre à nouveau, la lumière resurgit, et une vague d’euphorie le fait presque pleurer.

« C’est Syouff ! Il arrive tout à l’heure, avec de la Vodka ! »

Il s’empare du pétard que lui tendait Cindy, en tire trois lattes qui lui savonnent la tête, puis il saisit une bière jusque-là ignorée qu’il décapsule d’un geste, dont il boit une gorgée.

« Trinquage ! », dit-il, sans aucune raison, et il tend sa canette vers celles de ses amis.

By NoWay

 

 

Publié dans NoWay

Commenter cet article

Systool 26/06/2006 19:47

Ah ah... chronalcoolique... :-D

SysTooL